•  

    Je t'ai connue tard, c'est dommage

    Nous aurions pu faire des ravages !!!

    Branchées sur la même longueur d'onde,

    Une même vision de ce monde.....

    Mais si tu étais restée à Paulet

    Jamais nous n'aurions dégusté

    Ces cafés du matin, moments-bulles,

    Echanges de conciliabules

    Qui étaient gravés dans mon coeur.

    Je ne fais pas dans le mélo,

    Point besoin de trouver des mots

    Et moins encore de les écrire

    Pour tout se dire...

    Pour les deux prochaines années

    Peut-être vais-je me mettre au thé...

    Plus personne pour me parler

    Du Provençal, du Marseillais,

    Tout ce qu'à deux nous évoquions

    Et qui était notre passion....

    Si je devais nous raconter

    Je parlerais de connivence

    Et, bien entendu, d'amitié

    Comme on sait la vivre en Provence

    Discrètement, voire en silence

    Mais en toute sincérité.

    Tu vas me manquer, tu t'en doutes...

    Mais déjà tu poursuis ta route

    Alors, adessias, pitchounette

    Et surtout, bonne retraite !!!

     

    Gibulène - Avril 2014

     

     


    2 commentaires