•  on n'est jamais si bien servi que par soi-même. J'ai eu l'idée de commenter l'une ou l'autre  de mes photos (gibulene-photos sur Facebook)

     

     

     

    Un héron vit un hérisson

     Bien installé sur son perron.

     

    - Pourriez-vous, sire, me dire

     Que signifie cette invasion ?

     Qui ne me fait aucun plaisir ?

     

    - un pote à moi m'a invité,

     Un ragondin de qualité

     Qui m'avait en outre assuré

     « Confort et convivialité

     Sont les maîtres-mots en Provence »

     Mais sans vouloir vous faire offense

     Vous semblez l'avoir oublié !!!

     

    Le dédaigneux échassier

     sur son unipode perché

     chercha alors à le vexer :

     

    -Vous n'êtes que la réplique

     D'un affreux porc qui pique !!

     Et je ne vois pas pourquoi

     vous faites trempette chez moi !!

     

    -Apprenez, jeune insolent

     Que du haut de vos maigres cannes

     Vous brassez bien trop de vent

     Pour que l'on apprécie votre âme !

     Un petit coup de mes piquants

     Sur vos guiboles maigrelettes

     Eût pu redonner de l'allant

     Au piètre héron que vous êtes !

     

    Le ton allait montant.

     Mais c'était sans compter

     Sur le soleil couchant

     Qui apaise les marais

     Et tous ses habitants !

     Le fier héron rabattit

     son caquet et sa verve

     Un pastis il offrit

     Au hérisson presque imberbe

     Car ici aux étrangers

     On offre l'hospitalité !

     

     Gibulène - 16/06/2016

     

     

    Saumur - Boat on a river

     

    Le mât se mire

     

    La Loire étire

     

    Son sable blond

     

    La rame en flèche

     

    Attend la pêche

     

    En vase, au fond...

     

    Silence, solitude,

     

    C'est loin du Sud

     

    Douce quiétude

                                   Gibulène 14/07/2016

    Les Mésanges

     

    Qu'il est silencieux ce jardin !

     

    C'était prévu, mais ce matin

     

    Quand j'ai vu partir ma nichée

     

    Que tous les jours je surveillais

     

    J'ai eu un petit pincement

     

    ….. au cœur, évidemment !

     

    Ainsi sont les mésanges

     

    Qui vont et viennent comme les anges

     

    A l 'an qué ven, mes charbonnières

     

    Je vais nettoyer la tanière,

     

    Le HLM dans le mûrier,

     

    Pour votre retour programmé.

     

    Et merci pour votre passage

     

    Chaque année dans mon paysage

     

                                  Gibulène - 13/05/2017

     

     

    Etranger, ne t'attarde pas,

     

    et quitte cette forteresse

     

    Où Milady, blonde maîtresse

     

    Passa de la vie au trépas....

     

     

     

    Il lui plaît lorsque le soir tombe

     

    D' errer dans les couloirs sombres....

     

    Et de son aura elle éclaire

     

    les murs d'une étrange lumière.

     

     

     

    Perçois-tu l'étrange présence ?

     

    Il est temps de te retirer :

     

    Dans toute son évanescence

     

    Elle va se manifester

     

     

     

    Gare à celui qui oserait

     

    Sur ses terres alors s'attarder.

     

    Milady, venue d'un autre âge

     

    dans sa fureur ferait carnage !

    Gibulène 31/10/2017

     

    de moi à moi

     

    Le regard dans les nuages

     

     Le vois-tu ce regard
    Qui dans les cieux te suit ?
    Est-il là par hasard
    Pour éclairer la nuit
    Dans tes sombres pensées
    Ou pour guider tes pas ????
    Nul ne sait......
    Mais il est là !!!

    de moi à moi

    12/12/2017

     

     Un étrange ballet
    De volutes ambre et or
    Orne la cheminée
    D'un fabuleux trésor


    gibulène 10/03/2018

     

    de moi à moi

     

     

     

     

     

     

    Dénudé par les vagues et le vent
    L'arbre asséché aux cieux tend ses veines
    Attendant le retour du printemps
    Pour qu'enfin s'apaise sa peine

     

    de moi à moi

    Gibulène 01/04/2018

    Aux ondes de la nuit
    il offre ses branchages
    régénérant ainsi
    son aura de vieux sage...
    Il capte l'univers
    et l'intègre en osmose
    comme un préliminaire
    à l'ultime symbiose !
     
    Gibulène 12/04/2018
     
    de moi à moi

     

     

     

     

     

     

     Shaminou malheureux

     

    Mon Shaminou cache sa peine

     

    Entre le thym et la verveine

     

    sous le soleil qui brille à peine.

     

    Un pelage très incongru

     

    M'oblige à le mettre à nu

     

    Il n'aime pas......... et moi non plus !

     

    J'aurais dû l'appeler Samson

     

    C'eût été une autre chanson

     

    Ou un début d'explication.....

     

    C'est un matou bien trop gentil

     

    Il ne mérite pas qu'on rie

     

    Ni que l'on se moque de lui

     

    Il n'a juste pas le moral

     

    Un peu de honte, c'est normal

     

    Jusqu'à ce que repousse son poil.....

    Gibulène - 02/04/2018

     

    de moi à moi

     

    de moi à moi

     

     

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires