• 1960 (10 ans)

     

    Dans la nuit claire de l'été serein

    Des cigales alertes chantent leur refrain;

     

    Dans les grands sentiers, ou les beaux chemins,

    Je me promenais un soir de chagrin;

     

    Dans les bois sans fin, sous le vert feuillage,

    Écureuils malins font des babillages;

     

    Et mon cœur revit, pensant à demain,

    Où mon âme réjouie reviendra sans chagrin.

                          Gibulène

     

     


    votre commentaire