•  

     

    Le sang a trop coulé, la camarde a frappé

     

    Notre France vacille sous le poids de ses morts

     

    Centaines d'innocents qui n'ont eu pour seul tort

     

    Que leur soif de sortir en toute liberté

     

    Liberté dites-vous ? Qu'est donc cette notion

     

    Qu' Eluard a prôné en déclamant son nom ?

     

    Le Pays est meurtri, bafoué, hébété,

     

    Lâchement attaqué, son drapeau spolié !!!

     

    Des enfants sacrifiés et des parents détruits

     

    Témoignages poignants, peu de pleurs, pas de cris

     

    Au-delà de l'horreur, le désir de la vie !!!

     

    Elodie, Thomas, Amine, ou Émilie,

     

    Vendredi abattus par la lie de la lie !!!

     

    Ne jamais oublier, vous garder en nos cœurs,

     

    Accompagner vos proches, surmonter notre peur

     

    Pour que votre départ trop brutal, trop soudain

     

    Ne soit pas impuni, et qu'il ne soit pas vain !

     

    Battons-nous jusqu'au bout pour rendre à ce pays

     

    ce pourquoi nos ancêtre avaient perdu leur vie !!!

     

    Pour Quentin, Djamila, Juan, Hugo, ou Fabian,

     

    Disparus ce soir là dans un grand bain de sang,

     

    Que le peuple français, réuni et soudé

     

    Retrouve ses valeurs et surtout sa fierté !

     

     

    Gibulène - 13/11/2015 - attentats de Paris

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique