• Sur les photos de Patrick - Page 5

    Une jeune pianiste, belle comme le jour, joue du piano sur les quais du Vieux-Port...........

     

    Elle chante au bord de l'eau,

     joue avec les arpèges...

    les nuées en halo

    l'isolent et la protègent !

     Elle chante, et elle oublie

     qu'elle a peur de la vie.

     Un bonheur infini

     peu à peu l'envahit !

     Ce n'est pas par erreur

     Qu'elle est là... pas ailleurs,

     Dans ce décor magique

     transcendant sa musique !

     Sous le regard sacré,

     fragile et virginale,

     Elle laisse égrener

     A l'heure vespérale

     les notes sur ses lèvres

     Comme dans un rêve......

     Gibulène - 01/11/2015

     

    LE VIEIL HOMME ET LE BANC 21 02 2015

     

    Quelles idées agitent

    Ce vieillard insolite

    Assis au bord du quai

    Perdu dans ses pensées ???

    Il pense au bon vieux temps ?

    Du temps, il en a trop....

    Mais la mer fut longtemps

    son gagne-pain, son lot !

    Le vieux marin brisé,

    coiffé de sa casquette

    Tous les jours vient rêver

    Fumer sa cigarette....

    Tout le poids de sa vie

    Pèse sur ses épaules

    Il en a des envies !

    Sur ce banc, c'est pas drôle !!!

     Mais les ans l' ont marqué

     et cette promenade

     panse son cœur malade

    et sa peau burinée !!!

    Bientôt il va rentrer,

    avec son sac à dos

    et son petit marché,

    regagner son îlot

    Demain il reviendra

    Las et fier à la fois

    De ne rien demander

    Ni à Dieu ni au diable

    et de pouvoir marcher

     Sans être redevable

    sans aide à quémander,

    en toute Liberté !

     

    L'enfant au ponton

     

    Elle avance, gracile, sur le ponton de bois

     Sous le vent elle vacille, et rit tout à sa joie

     au chaud, emmitouflée, elle découvre la mer

     Et cette liberté dont elle n'est pas peu fière !

     Peut-être en son esprit une idée s'est forgée

     Qui gérera sa vie : laisser le vent jouer

     sur les sombres pensées, les peines, les passions

     mais pour l'heure elle n'est qu'adulte en formation

     se laissant caresser de façon magistrale

     par le rythme effréné d'un diable de mistral

     17/01/2016

     

     

    Les trois pépères (un vieil homme et ses deux chiens)

     

    Ils sont heureux les trois pépères

    de pouvoir encore promener

    sur la corniche, face à la mer

    ils ne se sont jamais quittés !

    L'homme attentif, dans sa besace

    A mis de l'eau pour ses amis

     car plus le temps déroule et passe

    plus ils sont dépendants de lui.

     Eux, tous simplement ils l'aiment

     comme seul l' animal peut aimer

     ils n'ont jamais connu la haine

     que du bonheur à ses côtés...

     qu'y a-t-il après ce virage ,

     lequel partira le premier 

    en créant le grand naufrage

    de leur trois vies, nul ne le sait !

     

     

     

     

    Le Penseur (sur un autoportrait)

     

    Le regard se fait sombre

     l'azur a disparu

     des prunelles profondes.

     quelle pensée tordue

     peut venir perturber

     l'homme ainsi concentré ?

     Tel un nouveau Rodin

     Il trace son chemin

     Vers la célébrité ,

     Mais est-ce qu'il le sait ?

     La main baguée se pose,

     Soutient un front morose.

     On voudrait pénétrer

     le flot de ses pensées,

     mais il reste hermétique

     inquiétant et mutique...

     Seul, éclairé pour l'heure

     De sa beauté intérieure...

     Gibulène 18/10/2015

     

     

    Le Vieux Port, la Bonne Mère, et les Pointus 8/4/2015

     

    Boudiou dit Notre Dame, un matin de printemps

    Que le Vieux Port est calme c'en est presque inquiétant !

    les pointus sont à quai, les pontons sont déserts

    Pas une allée venue vers les Îles ou la Mer !

    Y aurait-il engatze aujourd'hui sur le Port

    Ils sont là, immobiles, on dirait qu'ils sont morts !!!

    Eh bien, ça va changer, et que Dieu me pardonne

     Je vais créer l'ambiance et jeter ma couronne

     Par dessus les maisons, et voyons s'ils sauront

     se bouger, rien qu'un peu, mordre à mon hameçon !

    Ce qui est dit est fait, et voici Notre-Dame

     qui lance sa couronne avec beaucoup de charme

     dans le Port si tranquille que l'on entend chanter

     la brise dans les mâts, les oiseaux sur le quai !

     Mais on est à Marseille, Bonne Mère, peuchère !!!

    Ici, pour les bateaux, ce n'est pas la galère

    C'est plutôt « on verra » ou alors « tout à l'heure »

    Ils ne sont pas vivaces et vivent à deux à l'heure

    Voilà la Bonne Mère aujourd'hui décoiffée

    Comptant sur un miracle pour se rhabiller !!!

    Jésus, tu pourrais bien donner un coup de main !

    Fada, pas aujourd'hui, ni peut-être demain !

    Il fait trop chaud maman, profite du beau temps,

    Elle s'en ira pas, ta couronne, entre temps !

    Et puis les Marseillais ils sont crevés, hier

    Ils étaient « à l'OM » et n'en sont pas peu fiers !

    La Vierge, sur ses gardes, et grandement déçue

    Jura mais un peu tard qu'on ne l'y prendrait plus !!!

    Gibulène - 08/04/2015

    ET TOUS LES AUTRES :

     

     

    CORNICHE 26 03 2015

     

    Est-on bien sur la terre,

     Ou dans la stratosphère ?

     Est-ce une mer bien sage

     ou un sol de nuages ?

     Volcans qui émergent

     ou îlots qui s'immergent ?

     Ou s'achève le rêve

     sous ce ciel embrumé ?

     du bleu, tel une trêve

     en ce lieu torturé

     Planète hors du temps

     Hors des lieux, hors de l'âge

     c'est un jour de printemps

     qui échappe à l'orage

     

     

    LES AMOUREUX DU CIEL 27 03 2015

     

    Paul rejoint Virginie près des rives de France,

     Et le soleil couchant détecte leur présence

     Auréolés tous deux des lumières du soir

     Ils se disent adieu, et non pas au revoir

     la mer les a privés d'une vie de caresses

     les cieux leur offrent enfin cette ultime tendresse

     

     

     

    PETIT PRINCE 28 03 2015

     

    Un Petit Prince est là, face à moi, et je suis

     Fascinée par ses yeux, ce regard si profond

     Qu'on pourrait s'y noyer, ce regard qui me suit

     Et me voilà perdue, j'oublie jusqu'à mon nom !

     Comment tant de beauté est-elle encor possible

     Dans ce monde malsain, ce quotidien putride

     Et tant de gravité ? Il semble avoir compris

     sous ses boucles de jais et ses joues porcelaine

     Quel chemin hasardeux s'entr'ouvre devant lui

     Un parcours parsemé d'embûches et de haine

     Il me lance un message, je le sens, je le lis....

     Oh ! Combien j'aimerais qu'un instant il sourie

     

     

     

    LE VIEIL HOMME ET LA MER – 29/03/2015

     

    Il en a vu passer, des choses de la vie

     Le vieil homme au chapeau qui, malgré tout, sourit !

     Il est là, digne et fier, narguant les aléas,

     Un regard doux et bon, une barbe en fatras...

     Chaque ride témoigne d'une tranche de vie

     D'un être cher perdu, un parent, un ami

     Il est seul, mal vêtu, dans sa veste souillée

     Une écharpe jetée sur son cou décharné....

     Son teint est buriné, c'est un gars de la mer,

     Venu pour retrouver quelque chaleur humaine

     Échanger quelques mots, en cette fin d'hiver,

     Ranimer ce vieux sang qui coule dans ses veines.

     Ses yeux sont un appel vers qui lui sourira

     Toi, qui vas le croiser, ne te détourne pas !!!

     

     

      

    Abbaye de saint-Victor 17 04 2015

     

    Hégémonique et fière

     dominant le Vieux-Port

     elle incite aux Prières

     Qu'elle abrite en son fort

    L'histoire a défilé

     Les siècles l'ont marquée

     Les marins de tous temps

     On senti en passant

     une altière présence

     simple magnificence !!!

     De sa crypte sacrée

     Aux saintes crénelures

     Force de la nature

     elle a toujours été

     du Port la sentinelle

     Que Saint-Victor est belle !

     

     

    L'oie 24 04 2015

     

    Quoi se dit l'oie

     qui es-tu, toi

     qu'est-ce que tu crois

     tu vois ce bec

     long, jaune, et sec

     il pince il mord

     c'est un ressort

     si tu viens là,

     tu y as droit ! Méfie-toi

     reste là-bas!!!

     PHOTO SURPRISE 30 04 2015

     

    Petite fille au bord de l'eau,

     Pantacourt et cheveux qui brillent,

     S'apprête à bâtir un château !

     Le sable effleure ses chevilles....

     Une pelle, un entonnoir,

     Ses outils semblent dérisoires ;

     Mais elle va d'un pas décidé !

     Nul doute, elle va s'appliquer

     A bâtir une œuvre éphémère

     Qu'au soir emportera la mer

     

     

    GUITARISTE (photo du 23 04 2015 -la 1ère)

     

    Assis à même le trottoir

     Il vient de saisir sa guitare.

     Le monde a cessé d'exister,

     Nul ne pourrait le déranger!

    Il fredonne, ou plutôt il chante

     Un air de blues qui les enchante

     Eux, les passants, d'abord surpris,

     Puis qui s'arrêtent et qui sourient......

     Un petit moment de douceur,

     Peut-être, même, de bonheur !!!

     

    TENDRESSE 29 04 2015

     

    Mon fils, ma fierté, cette vague

     Qui vient à toi et qui divague

     C'est le symbole de la vie !

     Tu l'observes qui va et vient,

     Moi, pour l'instant, je te retiens

     Un papa, c'est bâti pour ça,

     Ça aime et protège, un papa !!!

     

     

     

    LE COQUELICOT 22 04 2015

     

    Quelle est donc cette sentinelle

     Qui se dresse telle un rebelle

     Vers le ciel gris et menaçant ?

     Son air fragile est désarmant...

     Un poète l'avait chanté,

     A un cœur l'avait comparé,

     Ce cœur, dans la broussaille, en haut

     C'est un gentil coquelicot !!!

     

    ROCHER A LA HOUPPE 27 04 2015

     

    Le rocher dresse sa houppette.

     Ce matin il s'est réveillé,

     A regardé le ciel, et fait

     Sa sommaire et brève toilette.......

    Il s'est dit « la pluie va tomber 

     et nul ne va me remarquer ;

     Ni venir s'asseoir sur ma tête.....

     On verra demain, pour ma crête ! »

     

     

    UN PAPA ET SON FILS 01 05 2015

     

    Te voilà à mes côtés

     Comme un mini moi-même

     Tu ne le sais pas, mais

     C'est fou comme je t'aime !

     A ton oreille je chuchote

     Des mots comme des notes

     Que tu sembles écouter..

     C'est une chanson d'amour

     Qui va t'accompagner

     Au fil des jours

     

     BALEINEAU 3 5 2015

     

    Petit baleineau a beaucoup nagé

     mais au fil des jours il s'est épuisé

     sa maman perdue n'a pas retrouvé

     et s'est échoué sur un gros rocher

     Médusa s'en est emparé

     Elle a voulu le pétrifier

     c'est un cadeau qu'elle nous a fait

     Car avec nous il est resté

     

     

     L'AUVENT DU BAIN DES DAMES 4 5 2015

     

    Cet auvent posé là, sous lequel je m'abrite

     Est bien plus à mes yeux qu'une simple guérite

     je viens m'y réfugier pour rêver, bien souvent

     Et cela quels que soient la saison et le temps

     Calée sur la murette, un bon pull en hiver

     j'y viens dès que je peux pour contempler la mer

     Tableau rassérénant et qui vient apaiser

     le cours tumultueux de toutes mes pensées

     Là, les heures s'arrêtent et toutes mes tempêtes

     se retirent et je fais le vide dans ma tête

     c'est un havre de paix, un lieu exceptionnel

     où l'on voit se mêler l'eau, la terre, et le ciel.......

      

     

     LE GABIAN - 31 05 2015

     

    Il a cette élégance des nobles, des sang-bleus,

    et la magnificence qui n'appartient qu'aux dieux !

     Quelle grâce émouvante, et quelle agilité,

     Ses ailes transparentes de lumière gorgées

     Font de lui un seigneur, dans ce ciel sans nuage.

     Dans l’œil, une lueur, un prélude d'orage....

     D'un vol vertigineux en piqué vers la mer

     Puis d'un bec qui saisit cette proie qu'il repère

     Avant de repartir vers le soleil couchant

     Tel la voile légère ondulant dans le vent !!!

     

     

    Les deux gabians - 01 02 2015

     

     Deux complices en maraude

    En quête du Graal

     Un duo peu banal

     mais entre eux pas de fraude :

     L'un s'essaye à planer

     Le deuxième surveille

     Lui qui sait maîtriser

     la technique à merveille.

     Le maître suit l'élève

     Qui tente l'aventure,

     La pose sera brève

     face à Dame nature !

     Ils rentreront sereins

    Cette fois côte à côte

     Partager leur butin..

     Aucune fausse note !

     Deux amis, presque frères,

     Par un courant guidé

    Qui n'a rien d' éphémère :

     celui de l'Amitié........

     

    Seul au monde sur le port - 07 06 2015

     

    La sonnerie a résonné,

     Du coup l'homme s'est arrêté

     Seul au monde sur le Quai

     Sur un siège improvisé

     Il écoute la nouvelle....

     Espérons qu'elle est belle !!!

     Son doigt blessé

     sur l'oreille posé

     du monde il s'est isolé

     et plus rien n'a compté !!!

     

        

    Un regard à la mer 27 07 2015

     

    En lui l'incertitude

     soudain s'est imposée

     Immense lassitude

     de tant d'échecs passés

     il est là, indécis

     à regarder la mer

     des heures qu'il est assis

     il ne sait plus que faire !!

     mais le chant des clapots

     l'apaise et le raisonne

     Il repart à zéro,

     qu'importe, c'est un homme !

     Les flots le lui ont dit

     c'est beau, c'est beau la vie...

     

     

    LA DAME BLANCHE DE LA CADIERE 8/8/2015

     

    La Dame Blanche est là, prisonnière de l'onde,

     Éphémère Ophélie venue de l'autre monde

     que l’œil du photographe est venu déranger !

     Silhouette éthérée d'une pâleur subtile

     blottie sous ce courant par un curieux hasard

     l'objectif l'a captée, elle attend, immobile

     Que veuille bien cesser cet indiscret regard....

     Laissons-là retourner sous le flot incessant

     Sa pureté magique donne aux lieux un instant

     L'apparence divine d'une sorte de temple

     Que mon âme éblouie redécouvre et contemple !!!

     

     

    29/9/15 - INFERNET

     

    Racines hiéroglyphes

     aux textes apocryphes

     qui racontent une histoire

     mieux que les vieux grimoires

     d'un flot tumultueux

     qui se meurt peu à peu

     pour finir en cascade

     en bout de promenade !

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :